Biographies des héros spirituels de la terre de Géorgie, moniales, moines, ascètes, martyrs, clercs ou laïcs qui ont fait briller sur elle la Lumière du Christ!

mercredi 23 novembre 2016

Saint Mégalomartyr Georges (+303)



Mémoire le 10/23 novembre

Fêté par tout le monde chrétien, le mégalomartyr Georges fut mis à mort par l'empereur Dioclétien en l'an 303. Le saint martyr est légitimement considéré comme l'intercesseur de tous les chrétiens et le saint patron de beaucoup d'entre eux. Il jouit d'une grande vénération du peuple géorgien puisqu'il est considéré comme le protecteur particulier de sa nation.Des récits historiques décrivent souvent l'apparition de saint Georges parmi les soldats géorgiens lors de batailles.
La majorité des églises géorgiennes (et dans les villages plus spécialement) furent construites en son honneur, et ainsi, chaque jour il y a une fête du mégalomartyr Georges quelque part en Géorgie. Les diverses commémorations quotidiennes sont liées à une des églises érigées en son nom, ou à une icône, ou à un miracle particulier qu'il accomplit.
Le 10 novembre marque le jour où saint Georges fut torturé sur la roue. Selon la Tradition,ce jour de commémoration fut établi par sainte Nina égale-aux-apôtres, illuminatrice de la Géorgie. Sainte Nina était parente de saint Georges le Tropéophore. Elle le vénérait profondément, et elle enseigna au peuple qu'elle avait converti au christianisme, à le chérir comme son protecteur particulier.

Le sot empereur Dioclétien désirait ta mort, ô Georges qui endura de nombreuses tribulations, et comme un loup vorace, il était assoiffé de ton sang. C'est pourquoi il ordonna que tu sois torturé sur la roue d'un char à bœufs, et puni par de terribles tourments. Mais tu supportas tout avec l'aide du Seigneur, et avec grand amour, tu appelas triomphalement Dieu à ta rescousse. Alléluia!

Version française de Claude Lopez-Ginisty 
d'après Archpriest Zakaria Machitadze 
Lives of the Georgian Saints  
Saint Herman of Alaska Brotherhood
Platina, California, USA/2006

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire