Biographies des héros spirituels de la terre de Géorgie, moniales, moines, ascètes, martyrs, clercs ou laïcs qui ont fait briller sur elle la Lumière du Christ!

dimanche 19 février 2017

Vénérable Arsène d'Iqalto (1127)


Fête le 6/19 Février

Saint Arsène (Arsen) d'Iqalto était traducteur, chercheur, compilateur de manuscrits, hymnographe, philosophe, et grand défenseur de la foi chrétienne géorgienne. Son père était Ibadi Vachnadzé, un sage, savant qui parlait couramment la langue grecque. Il dirigea l'académie du monastère d'Iqalto et fut instructeur du saint roi David (Davit) le restaurateur.

Peu de détails sur la vie de saint Arsène ont été conservés, mais nous savons qu'il vécut dans les 11e et 12e siècles et qu'il était un jeune contemporain de Saint Ephrem (Eprem) le Minime. Il a obtenu son éducation primaire et supérieure à Byzance, au monastère de Mangana, qui avait été fondé par l'empereur byzantin Constantin Monomaque IX (1042-1055). À l'académie il  compléta un de ses projets les plus importants: une traduction de la Chronique de l'historien byzantin George Hamartolus. L'œuvre d'Hamartolus compte neuf volumes de l'histoire d'Adam à l'année 842 après Jésus-Christ. Toujours à Mangana, Arsène traduisit un volume d'écrits dogmatiques polémiques, en géorgien et intitula son œuvre Dogmatikon. Dans les années qui suivirent, des ouvrages traduits par d'autres auteurs furent ajoutés au livre.

Après avoir terminé ses études au monastère de Mangana, Arsène alla vers la Montagne Noire près d'Antioche pour poursuivre ses travaux sous la direction du saint Ephrem le Minime. Après le repos en Christ de saint Ephrem, il revint au monastère de Mangana poursuivre ses traductions. 
En 1114 le roi David le Restaurateur fit revenir Arsène en Géorgie, à l'Académie occidentale de Gelati. C'est là qu'il traduisit Le Nomocanon (collection byzantine de lois ecclésiastiques) en géorgien à partir de l'original grec. 
Arsène retourna plus tard à Kakhétie dans l'est de la Géorgie, où il fonda une académie au monastère d'Iqalto. Il participa également au Concile de Ruisi-Urbnisi, qui avait été convoqué par le roi David le Restaurateur. Un des biographes du roi David écrivitt qu'il avait invité "Arsène d'Iqalto, traducteur et interprète des langues grecque et géorgienne et illuminateur de nombreuses églises."

Arsène était présent au repos en Christ du roi David le Restaurateur, et on pense qu'il composa l'épitaphe du roi: 

J'ai nourri sept rois avec ma richesse, 
Chassé les Turcs, les Perses et les Arabes hors de nos frontières, 
Déplacé les poissons d'une rivière à l'autre, 
Et, après avoir accompli toutes ces choses,
J'ai mis mes mains sur mon coeur et je suis mort.

Le «théologien, philosophe, physicien, anatomiste, écrivain d'allégories et de versets, le poète épique, et le compilateur des typika de l'Église" Arsène fut enterré dans Iqalto à côté de saint Zénon, fondateur du monastère d'Iqalto.

Ô notre Père saint Arsène, toi qui eus part aux souffrances du peuple géorgien, écoute nos prières et intercède avec la Très Sainte Trinité, afin de nous rendre dignes de Sa Gloire!

Version française de Claude Lopez-Ginisty 
d'après Archpriest Zakaria Machitadze 
Lives of the Georgian Saints  
Saint Herman of Alaska Brotherhood
Platina, California, USA/2006
+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire