Biographies des héros spirituels de la terre de Géorgie, moniales, moines, ascètes, martyrs, clercs ou laïcs qui ont fait briller sur elle la Lumière du Christ!

lundi 26 juin 2017

Saint Antime d'Ibérie, Métropolite de Valachie († 1716)

St. Antimos the Iberian

Mémoire le 13/ 26 juin

Saint Antime d'Iberie était une des personnes les plus instruites de son temps. Il parlait couramment plusieurs langues, dont le grec, le roumain, le vieux slave, l'arabe et le turc et il était bien versé dans la théologie, la littérature et les sciences naturelles. Il était exceptionnellement doué pour les arts - la peinture, la gravure et la sculpture en particulier. Il était célèbre pour sa belle calligraphie. Enfin, saint Antime était un grand écrivain, un orateur renommé, et un réformateur de la langue roumaine écrite.

On en sait peu sur la jeunesse de saint Antime. Il était originaire de la région de Samtskhe dans le sud de la Géorgie. Ses parents, Jean (Ioane) et Marie (Mariam), lui donnèrent le nom d'Andria au baptême. Il accompagna le roi Archil en Russie et l'aida à y fonder une imprimerie géorgienne, mais après son retour, il fut capturé par des brigands Daguestanais et vendu comme esclave. Grâce aux efforts du Patriarche Dosithée de Jérusalem, Antime fut finalement remis en liberté, mais il resta au service du Patriarche afin de parfaire son éducation spirituelle.

Déjà célèbre pour ses peintures, gravures et calligraphies, Antime fut demandé par le prince Constantin Brâncoveanu (1688-1714) de Valachie (Roumanie actuelle) pour se rendre dans son royaume autour de l'an 1691. Après son arrivée en Valachie, il commença à gérer un atelier local d'imprimerie. L'industrie de l'imprimerie dans ce pays avança rapidement à l'époque, et la source d'inspiration principale et la force motrice derrière ces grandes avancées fut le maître géorgien Antime. Il réussit à faire de la Valachie un centre du christianisme et un important éditeur de livres pour tout l'Orient.

En 1694 Antime fut intronisé comme higoumène du monastère de Snagov (dans l'actuelle Roumanie), où il fonda bientôt un atelier d'imprimerie. Dans la même année son nouvel atelier d'imprimerie publia Lignes directrices pour les offices divins, le 21 mai, jour de la Toussaint. Le livre fut signé par ll'hypodiacre Michael Ichtvanovitch, futur fondateur de la première imprimerie géorgienne.

En 1705 Antime, "l'élu entre les higoumènes élus de Valachie», fut ordonné évêque de Rimnicu Vilcea, et en 1708 il fut nommé Métropolite de Hongrie-Valachie. Le pays tout entier célébré son élévation à cette dignité. Comme un higoumène le proclama: «Le divin Antime, grand homme et fils de la sage nation ibérique, vint en Valachie et éclaira notre terre. Dieu lui accorda une source inépuisable de sagesse, lui a confié d'accomplir de grands projets, et contribua à faire avancer notre nation en établissant pour nous une grande industrie de l'imprimerie ".

Sous l'autorité directe de saint Antime, plus de vingt églises et monastères furent érigées en Valachie. D'une importance particulière est le monastère de Tous les Saints, situé dans le centre de Bucarest.

Les portes principales de ce monastère ont été faites de chêne et sculptées avec des motifs traditionnels géorgiens par saint Antime lui-même. Le Métropolite a également établi des règles pour le monastère et déclaré son indépendance de l'Eglise de Constantinople.

Depuis le jour de sa consécration, le Métropolitaine Antime se battit sans relâche pour la libération de la Valachie des oppresseurs étrangers. Le jour où il fut ordonné il s'adressa ainsi à ses ouailles: "Vous avez défendu la foi chrétienne dans la pureté et sans faute. Néanmoins, vous êtes entourés et étroitement liés par la violence des autres nations. Vous endurez d'innombrables privations et des tribulations de ceux qui dominent ce monde... Bien que je sois indigne et je sois bien plus jeune que beaucoup d'entre vous - comme David, je suis le plus jeune de mes frères - le Seigneur Dieu m'a oint pour être votre pasteur. Ainsi, je vais partager vos futures épreuves et tristesses et participer au destin que Dieu a établi pour vous. "

Ses paroles étaient prophétiques: En 1714, les Turcs exécutèrent le prince valaque Constantin Brâncoveanu, et en 1716 ils exécutèrent Etienne (Stefan) Cantacuzène (1714-1716), dernier prince de Valachie.

A sa place, ils nommèrent le Phanariote [1] Nicholas Mavrokordatos, qui se préoccupait uniquement des intérêts de l'Empire ottoman.

Pendant cette période difficile, Antime d'Ibérie réunit autour de lui un groupe de fidèles bobards patriotes déterminés à libérer leur pays de la domination turque et Phanariote. Mais Nicolas Mavrokordatos devint suspicieux, et il  ordonna au Métropolite Antime de démissionner. Quand Antime ne le fit pas, il déposa une plainte auprès de Patriarche Jérémie de Constantinople. Alors un conseil des évêques, qui ne comprenait pas un seul prêtre roumain, condamna la "conspirateur et l'instigateur de l'activité révolutionnaire" à l'anathème et à l'excommunication et il fut déclaré indigne d'être appelé moine.

Mais Nicolas Mavrokordatos était toujours insatisfait et il affirma que de refuser à Antime le titre de Métropolite de Hungrie-Valachie était une punition insuffisante. Il ordonna qu'Antime soit exilé loin de Valachie, au monastère Sainte-Catherine sur le Mont Sinaï. Le Métropolite Antime, bien-aimé du peuple roumain, fut escorté hors de la ville pendant la nuit, car les conspirateurs craignaient la réaction du peuple.

Mais le Métropolite Antime n'atteignit jamais le Mont Sinaï.

Le 14 Septembre 1716, un groupe de soldats turcs poignarda à mort saint Antimos sur la rive de la rivière Toundja (Tunca) là où elle traverse Andrinople, non loin de Gallipoli, et jeta les restes de cette boucherie dans la rivière.

Ainsi se termina la vie terrestre d'un saint très géorgien - un homme qui consacra toute sa force, son talent et sa connaissance à la renaissance de la culture chrétienne et à l'affermissement du peuple valaque dans la foi orthodoxe.

En 1992, l'Eglise roumaine canonisa Antime d'Ibérie et proclama que sa journée de commémoration devait être le 14 Septembre, jour de son repos en Christ. L'Eglise géorgienne le commémore le 13 Juin.

Tu as habité sur la terre comme un ange, ô saint hiérarque Antime, et maintenant ton âme se réjouit avec les anges au Ciel. Accorde-nous aussi d'être rendus dignes de la vie éternelle!


Version française de Claude Lopez-Ginisty 
d'après Archpriest Zakaria Machitadze 
Lives of the Georgian Saints  
Saint Herman of Alaska Brotherhood
Platina, California, USA/2006

[1] Phanariote: un membre de l'une des principales familles grecques du Phanar, le quartier grec de Constantinople, qui, en tant qu'administrateurs de la bureaucratie civile, exerçait une grande influence dans l'Empire ottoman après la conquête turque.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire